Paroles d’acteurs : Cycle UC, vers une autre organisation pédagogique de la formation ?

27 novembre 2012 par TutoFOP Pas de commentaires »

Commanditaires, quels choix de professionnalisation des formateurs en UC ?

Afin de mettre en place des dispositifs de certification pour les formations diplômantes dites en unités capitalisables, les formateurs des centres de formation de l’enseignement agricole doivent suivre un « cycle préparatoire », plus connu sous le nom de « formations UC » ou « cycles UC ».  Les objectifs généraux de cette formation visent l’acquisition de savoirs sur la réglementation et le fonctionnement des formations par UC, et de savoir-faire en matière d’adaptation de référentiel et de construction du plan et des épreuves d’évaluation. Les cycles UC d’une durée globale de 6 jours sont organisés de 2 façons, modalités d’organisation laissées au libre choix du  commanditaire  (chargés de FPCA, DR-FCP, CIA). Soit ils suivent un cycle UC  qui, avant les sessions en présentiel, intègre un temps de formation tutorée à distance (1J) où le formateur confronte son expérience avec des éléments-clés des certifications par UC.  Soit ils suivent un cycle UC, intégrant  des temps de formation tutorés à distance plus longs (3J) calés entre les sessions en présentiel ; les stagiaires sont  d’une part amenés à construire en petit groupe une situation d’évaluation et ses épreuves, et d’autre part  à appréhender, de manière individuelle, l’organisation réglementaire des examens.

Quel peut être l’apport d’une organisation pédagogique qui prévoit davantage de temps de formation collective à distance ? Y a-t-il une plus-value d’un point de vue organisationnel pour les centres de formation ? Cette modalité a-t-elle eu des effets sur l’implication des bénéficiaires de la formation ?
Deux actions de formation ont eu lieu entre mars et juin 2012 pour la Franche Comté, février et juin pour Midi-Pyrénées.  Nous avons interrogé les deux commanditaires à ce sujet et voici ce qu’ils nous ont dit !

Choix et intérêt d’un cycle UC proposant davantage de formation accompagnée à distance

Ce qui a motivé le choix de ce déroulement par les commanditaires est initialement une question d’organisation. Le fait qu’une partie de la formation se déroule à distance permet plus de souplesse.

Julien Sauvayre, de Franche-Comté, nous explique : « les directeurs ont souhaité de manière unanime continuer avec cette modalité-là. L’intérêt qu’ils y ont vu est d’avoir des formateurs moins absents du centre. Il y a aussi, pour le commanditaire, le choix de promouvoir la formation ouverte et à distance en lien avec la stratégie régionale en contribuant au développement de la FOAD. « Sur certains thèmes, j’essaie d’expérimenter en mettant en place des formations incluant de l’asynchronisation, de la distance, du travail à partir de plate-forme.

A propos de FOAD, rappelons que dans la conception des parcours TutoFOP, les stratégies choisies ont pour but de favoriser les apprentissages autonomes ; il s’agit aussi, puisque le public est celui de formateurs, de démontrer l’intérêt d’un parcours en FOAD en mettant les  formateurs en situation d’en suivre un eux-mêmes ! C’est le principe de la double piste. Cet ensemble de caractéristiques ainsi que l’accompagnement individualisé  sont  mis en avant par les commanditaires.

Cependant, ils ont souligné l’intérêt pédagogique de ces sessions de formation encadrées, conçues de telle façon que les bénéficiaires sont bien plus impliqués, par le contenu des activités à distance, justement !

Le parcours  de formation à distance propose   des activités  d’appropriation de documents et surtout de rédaction obligeant chaque bénéficiaire à produire quelque chose en lien avec un groupe de travail ; sans avoir fait ces activités, le bénéficiaire ne peut pas aller plus loin dans le parcours. Josette Salesses, chargée d’inspection et de l’apprentissage de la région Midi-Pyrénées, nous explique l’intérêt qu’elle y trouve :

« Le parcours rend les gens beaucoup  plus  impliqués,  plus acteurs car ils sont obligés de lire des documents, de  faire un travail en particulier, sinon ils ne peuvent pas continuer.  On sait bien que l’on peut participer à une formation en présentiel où il y a des travaux de groupe et ne pas vraiment s’impliquer……Ici, au contraire, à la fin du parcours, on constate que les personnes sont vraiment formées !  Bien sûr, cela sous-entend plus de travail pour eux, des défis pour s’organiser en groupe, etc. Mais les usagers du parcours sont dans une situation où ils ne peuvent faire autrement. A la  fin, ils sont non seulement contents de l’avoir fait, mais ils ont acquis de nouvelles compétences et sont formés ». Cette opinion sur l’intérêt de cette plus grande implication en vue d’un résultat optimal est partagée par Julien Sauvayre qui nous donne l’avis des formateurs : « c’était l’occasion de s’y mettre concrètement et ce, avec l’appui des tuteurs à distance »

Cette dimension de tutorat est aussi, selon Josette Salesses, une expérience positive de l’accompagnement en FOAD : « il est très positif qu’ils vivent une situation satisfaisante de suivi à distance bien cadré dans le cadre d’une FOAD, cela leur donne une bonne image de la FOAD». Enfin, les activités du parcours (appropriation des référentiels) permettent une remise à plat de ce qu’on croyait souvent connaître : « faire sauter des règles qu’on s’est imposées aussi bien régionalement que dans le centre par « tradition ». 

Conditions de réussite

Quelles sont les  conditions de réussite à ce type de parcours UC ? Quel rôle doivent jouer les commanditaires, tels que les directeurs de centre et relais régionaux ?
Les deux commanditaires interviewés  rappellent que la souplesse de la formation ne doit pas faire oublier les temps importants de travail pour produire ; cela suppose une volonté  et une motivation forte de la part des formateurs pour organiser le temps de travail collectif à distance.

Julien Sauvayre nous donne, en conclusion,  les conditions de réussite qu’il juge indispensables :

-       des formateurs volontaires et motivés parce que c’est exigeant en termes de travail demandé,
-       des directeurs qui sont informés et qui comprennent l’enjeu de cette nouvelle façon de se former.
-       des directeurs qui prévoient une organisation pour des temps de formation individuels et collectifs en centre tout au long de l’action des sessions de formation à distance. C’est vraiment un prérequis important.
-       le commanditaire (DRAF-SRFD) qui fait passer le message de cette nécessaire organisation auprès des directeurs de centres.

Julien évoque aussi le rôle qu’il a joué :

« J’ai suivi cela tout au long, c’est-à-dire en amont pendant la partie à distance, pendant la première journée présentiel que j’ai introduite. Dans l’intersession, les échanges avec la référente TutoFOP et l’animatrice du présentiel. Moi, j’ai aussi joué mon rôle, en plus des relances des référents, pour tenir les échéances de production. J’ai donc aussi participé à la dernière journée en présentiel qui permettait de faire un bilan global. »

La modalité Tutuc génère des avis plutôt positifs tant de la part des commanditaires que des participants. Ces avis ne doivent toutefois pas occulter le temps important à consacrer aux divers travaux, temps souvent oublié par les directeurs de centre trop satisfaits de disposer de la présence avérée de leurs formateurs dans le centre. Et l’on retrouve alors tous les débats autour de la modalité FOAD : à la souplesse d’organisation proposée aux formateurs s’oppose la non-prise en compte de ce temps de formation par les directeurs ! A l’autonomie générée par une modalité de formation asynchrone est opposée l’impression d’isolement de certains !
Retenons surtout des bilans de fin de formation à distance généralement favorables à une modalité qui a généré non seulement des acquis stabilisés dans le temps mais aussi une souplesse d’organisation et l’expérience réussie de la situation d’accompagnement.

Effectuer une prospection de nouveaux partenaires : Une formation au service de ma situation professionnelle.

6 juin 2011 par TutoFOP Pas de commentaires »

Fort d’une expérience de formateur, de responsable de formation et de directeur adjoint de centre, Christian Leperlier est depuis quatre ans animateur régional du réseau des CFA et CFPPA de Franche Comté. Il témoigne d’un parcours TutoFOP sur le thème : Effectuer une prospection de nouveaux partenaires.

Un besoin de repères, de structures pour sortir de l’empirique

Le réseau régional a pour but, entre autres, de faire la promotion de l’offre de formation des centres. En tant qu’animateur, cette mission de développement commercial m’a été clairement exprimée. Bien sûr, de par mon passé de responsable de formation et de centre, j’ai une pratique du contact avec des partenaires, mais je ne savais pas bien me situer par rapport à cette compétence commerciale. Mon besoin de formation était de cadrer, de structurer les actions à mettre en œuvre dans une négociation, dans un entretien avec un partenaire pour lui présenter les offres des centres adhérents. J’avais également besoin de replacer la fonction de promotion dans un cadre plus large de politique commerciale et d’ingénierie de l’offre de formation.

Une formation qui s’adapte à mes contraintes

J’ai contacté TutoFOP car je n’avais pas trouvé dans les offres de formation présentielles un contenu adapté, et aussi par curiosité. J’ai souvent entendu parler de ce dispositif et c’était l’occasion de tester cette modalité de formation. En plus, j’ai un emploi du temps très variable et qui doit être réactif aux appels d’offres, aux contraintes des centres…, donc une formation individualisée, à distance, adaptée à mon rythme, me semblait bien adaptée.
De fait j’ai effectué ce parcours sur plusieurs mois, à mon rythme. Il faut disposer d’un endroit calme, mais la principale difficulté est de mettre des priorités et de bien placer son parcours de formation dans son agenda. Ensuite, c’est un véritable travail de production qui est demandé, et il faut effectuer un travail individuel qui n’est pas forcément fréquent dans nos métiers de contact et d’animation. Le travail sur plateforme ne pose pas de problèmes fondamentaux et permet d’accéder à des ressources variées. Cependant, pour bien repérer les divers documents du parcours (guide d’activités…), j’ai éprouvé le besoin de les télécharger et de les réorganiser sur mon disque dur. Ceci d’autant plus que j’ai réalisé mon parcours sur une assez longue durée. » En lire plus:Effectuer une prospection de nouveaux partenaires : Une formation au service de ma situation professionnelle.

L’accompagnement individualisé dans le cadre du M11, retour d’expérience et paroles de formateurs

21 mars 2011 par TutoFOP Pas de commentaires »

En 2010, des enseignants impliqués dans la mise en œuvre du module M11 ont suivi un parcours de formation avec TutoFOP sur la question de l’accompagnement individualisé. Ce parcours a été suivi par plusieurs enseignants qui avaient déjà une expérience dans la mise en œuvre du M11 et de l’accompagnement, ou étaient novices en la matière. 3 d’entre eux apportent leurs témoignages et constatent que pendant et après la formation, le parcours a impacté leurs pratiques professionnelles.

Je me forme et cela impacte mon activité professionnelle

A propos des entretiens individuels qu’elle mène aussi bien dans le M11 que dans ses missions de recrutement, Sophie Charbonnel, coordonnatrice des BTSA du CFPPA de la Creuse nous confie «  la technique de reformulation me permet de valider ce que dit le stagiaire lors de l’entretien et m’est également très utile auprès des professionnels. Ainsi, je maîtrise mieux le déroulement de ces rencontres.« 

Elle précise : « Je n’ai plus l’impression de faire « au feeling », je suis confortée dans le choix de mes questions et dans la conduite de l’entretien. La formation m’a donné des éléments formalisants et explicites sur des techniques. Par ailleurs, j’ai pu mesurer l’importance des conditions liées à l’environnement de l’entretien. Les apprenants doivent être à l’aise pour cet échange et ne pas être dérangés pour se sentir écoutés. Auparavant, certains entretiens pouvaient aboutir à un « rien à signaler », à présent, ils vont plus loin et sont plus fructueux.« 
» En lire plus:L’accompagnement individualisé dans le cadre du M11, retour d’expérience et paroles de formateurs

Deux parcours complémentaires !

7 avril 2008 par TutoFOP Pas de commentaires »

Antoine Gourdon est formateur au Centre de formation caprin de la Ferme des Ages, à Le Blanc, dans l’Indre (36). Ce centre est une antenne du CFPPA de l’Indre à Châteauroux.
C’est à l’occasion de la mise en place de FOAD au CFPPA qu’Antoine a eu, par son Directeur, connaissance du dispositif TutoFOP.
Antoine a suivi deux formations TutoFOP, à titre individuel : la première était une sensibilisation à la FOAD et la deuxième concernait la création de ressources d’autoformation. Mais laissons-lui la parole… » En lire plus:Deux parcours complémentaires !

Accompagnement et tutorat… avec TutoFOP

7 avril 2008 par TutoFOP Pas de commentaires »

Angélique Perdereau est formatrice au CFPPA du Loir et Cher (à Areines, près de Vendôme dans le Loir et Cher, région Centre). Elle est aussi coordinatrice de la formation BP REA, accompagnatrice VAE et l’une des personnes contact de Préférence Formations dans son Centre.
En 2005 et 2006, elle a suivi deux formations collectives TutoFOP rassemblant des formatrices et des formateurs de plusieurs CFPPA de la région Centre suite à une demande portée par l’animateur régional PRIMO.
Le premier parcours TutoFOP qu’Angélique a suivi, avec son groupe, a eu pour objet une sensibilisation à la FOAD, et le second, mené avec le même groupe, l’accompagnement et le tutorat à distance.

Angélique s’est prêtée au jeu de l’interview TutoFOP. Voici ses impressions :

« TutoFOP ? Un nouveau moyen de se former… » En lire plus:Accompagnement et tutorat… avec TutoFOP

L’apprentissage collaboratif. Plus qu’une méthode collective ?

4 avril 2008 par TutoFOP Pas de commentaires »

Auteur : Baudrit Alain

Référérence : Editions de Boeck, 01/01/2007, 158 p. (Pédagogies en développement).

apprentissage_collaboratif.jpgQu’est-ce que l’apprentissage collaboratif ? Cet ouvrage tente de répondre à cette question de diverses manières. Tout d’abord, cette forme d’activité collective est comparée à une autre, l’apprentissage coopératif.

Mais autant ce dernier s’apparente à une méthode ou une technique, autant l’apprentissage collaboratif ne peut être caractérisé ainsi vu la marge de manoeuvre laissée aux personnes pour travailler ensemble, la forte autonomie dont elles disposent. Ensuite, deux versions de l’apprentissage collaboratif sont distinguées compte-tenu de ses origines scientifiques (européenne et américaine). Elles donnent des orientations assez différentes à l’activité collective.

Des exemples de fonctionnement collaboratif sont également donnés et étudiés dans deux domaines : les situations de résolution de problèmes et les activités d’écriture. Ils mettent en évidence nombre de caractéristiques propres à l’apprentissage collaboratif : partage des responsabilités entre les partenaires, compréhension mutuelle, recherche d’un terrain d’entente, exploration collective.

Enfin, en conclusion, une théorie de l’apprentissage collaboratif est exposée : elle permet d’ouvrir des pistes de réflexions quant à l’implication des acteurs dans les situations collaboratives, le sens des autres qu’ils développent à cette occasion.

(D’après la quatrième de couverture)

Bruno Chevalier de l’ENESAD a réalisé un parcours TutoFOP sur la gestion de projet

23 janvier 2008 par TutoFOP Pas de commentaires »

Bruno Chevalier travaille à l’ENESAD-EDUTER au sein de l’équipe AgrogéomaTIC sur la formation et l’appui au réseau de l’enseignement agricole sur le domaine de l’information géographique (http://sigea.educagri.fr ).

Dans le cadre du plan individuel de formation faisant suite à sa titularisation en tant qu’Ingénieur des Techniques Agricoles, il a souhaité développer ses compétences en lien avec la conduite de projet, la gestion de budget et des appels d’offres.
En fin de formation, Bruno Chevalier a fait part de son expérience et de ses remarques à l’équipe TutoFOP.

Un calendrier et des contenus adaptés
J’ai fait appel au dispositif TutoFOP pour les raisons suivantes : D’une part pour la disponibilité et la compatibilité de calendrier par rapport aux catalogues de formation traditionnels, et d’autre part pour les contenus appropriés à mes besoins et objectifs (Nous souhaitions pouvoir répondre à des appels d’offres, et renforcer nos compétences en gestion de projets tant sur les aspects organisationnels que budgétaires). » En lire plus:Bruno Chevalier de l’ENESAD a réalisé un parcours TutoFOP sur la gestion de projet

Le microlearning…

30 août 2007 par TutoFOP 2 commentaires »

…un changement de paradigme éducatif ou simplement un nouveau « packaging » pour le e-learning ?

D’après Wikipédia, le microlearning est une modalité de formation ou apprentissage en séquence courte de 30 secondes à 3 minutes, utilisant texte, images et sons. Le plus souvent, ce terme est utilisé dans le domaine de l´apprentissage en ligne. » En lire plus:Le microlearning…